Archive pour mars 2007

Mercredi 28/03/07 : Dur labeur

Jeudi 29 mars 2007

Hola todos!

Vous l’aurez remarqué je suis un rythme plus lent dans mes posts, mais j’ai maintenant moins de temps, et de toute façon j’ai l’impression que plus personne ne vient, plus de commentaires, plus de feedbacks…Ah on oublie vite les gens, n’est-ce pas? Ca va vous là-bas?

Moi je vais bien. Ca y est, déjà fini les vacances (à moins qu’elles n’aient jamais commencé…)
Lundi, stage et premier cours de français donné à mon débutant italo-américain de 30 ans, Louis. Je me suis pas trop mal débrouillée, à mon grand étonnement, mais au prix de sueurs inexpliquées et autres complications dues au stress…
Mardi, après un footing sous un temps printanier (15°C, inespéré après ce qu’on a connu!) et quelques courses, j’ai pris ma décision pour le resto japonais : here we go!…et je commençais 2 heures plus tard le training, ah ces Américains! Bon c’était pas le nirvana mais pas la cata. L’équipe est à 90% masculine, 20 à peu près entre salle et cuisine, plutôt sympas et accueillants. Je n’ai fait que renverser une bière gentiment sur le bar, donc moins pire que je le croyais. Je suis totalement perdue dans le menu car c’est un japonais qui cuisine aussi beaucoup, même de la viande, il doit y avoir 70/80 plats + autant de possibilités de sake etc.
Bref un peu la panique, pour être gentille, mais bon, vous me connaissez, j’ai des ressources. Donc j’étais en training avec un model et artiste (dixit lui-même, imaginez le genre…) et après 2 tables avec lui, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin. Anecdotique certes, mais la seule table de français du resto ce soir-là a été aussi la plus em…ante, je vois maintenant pourquoi on nous aime pas ici.
Pour le négatif, l’ambiance est pas top : comme vous le savez, rares sont les serveurs qui ont un salaire fixe (car plus nombreux sont les « off-book » = sans papiers) ou bien il est vraiment très faible ; ici, quand vous commandez un plat, à la fin du repas vous devez rajouter les taxes (10%) puis le pourboire (15% minimum). Je vous laisse donc imaginer 2 choses :
- On s’occupe au mieux du client, on lui balance pas de la viande à moitié cuite sur la table comme on peut le voir à Paris, c’est vraiment agréable.
- Mais l’ambiance est détestable entre les serveurs qui sont en compétition, pas cool. Il va falloir que je demande quelques conseils au bartender qui est franco-asiatique et qui saura faire revenir sur terre la naïve et idiote que je suis…
Bref, c’est pas grave, ça ne durera pas, et ici tout se fait très vite : trouver un boulot, le quitter, en retrouver un autre…
Conclusion, c’est très bon pour moi, il faut juste que je trouve le rythme car cela me fait me coucher très tard pour le stage le lendemain + Hâte de finir mon training qui est bien évidemment non payé, même si tu fais 10 heures sans pause…

Aujourd’hui, 2ème cours avec Louis et j’ai aussi trouvé une autre élève, Kelly pour le mercredi en cours de conversation.
Bientôt je vais devoir en refuser, c’est déjà ce que je fais pour le baby-sitting, c’est de la folie ici!!!

Analyse de la journée : pas vraiment une analyse mais notez qu’ici tout le monde peut trouver un travail, expérimenté et autorisé ou bon à rien et sans papiers. Voilà comment baisser le chomâge à 4%…

Mot de la journée : chopstick = baguette (pour manger) ; poultry = volaille ; nerve-racking = éprouvant pour les nerfs (je m’arrête là malgré les dizaines de mots que j’apprends par jour entre le stage, les conversations, le supermarché, le boulot, les cours, les journaux, la TV, la radio…je vous donne le tourni, n’est-ce pas?)

Insolite : Louis est passionné de vins français et a voulu que l’on travaille sa prononciation (Chablis, Bougogne Grand Cru), tout ça dans un Starbucks à côté d’un Mcdo à Manhattan, c’est pas décalé ça?

Dédicace de la journée : avec un retard d’un jour, à ma Swannita que je félicite d’avoir (enfin, après tants d’efforts) trouvé son stage dans le lobbying, et qui me rejoins dans le groupe des « filles-qui-n-en-veulent-et-qui galèrent-pour-trouver-un-stage-par-elles-mêmes ».
J’attends maintenant avec impatience le 20-22 avril, date à laquelle Aurore et Swann débarqueront, vivement ce moment!

Je vous embrasse tous et espère que vous allez bien, et que vous profitez du printemps qui je crois pointe son nez du côté de chez vous…

Dimanche 25/03/07 : Charline fait la jeune de son âge, pour changer…

Lundi 26 mars 2007

Bonsoir à tous,

Je suis heureuse de pouvoir enfin vous écrire, j’ai enfin Internet, après des prises de tête en solo et avec mon coloc pour mettre en place la connexion wireless. Maintenant je n’aurai plus d’excuses pour ne pas vous écrire…

Ecoutez, j’aurais tellement de choses à vous raconter après cette semaine de folie en termes d’appart où je m’installais, de boulotS trouvés, de premières sorties, de pratique presque intense de sport, de visites…
On va donc faire au plus court.

J’ai donc travaillé 4 jours cette semaine pour mon stage, ça allait.
La dame du magasin m’a planté pour vendredi : « Oh Darling je suis tellement busy pour demain, je peux te rappeler pour qu’on fixe une autre date la semaine prochaine chérie… » J’étais super déçue et un peu remontée contre ces américains qui ont la salle habitude de planter quand bon leur semble. Mais après coup, je me suis dit : « C’est une chance qu’elle te donne de trouver mieux qu’un boulot mal payé dans un ambiance pas top ».
Donc mon vendredi a été dédié à un trecking dans l’upper west side, west village et lower east side pour poser mes CV dans des restos français. Papa j’ai eu la honte ils me demandaient dans des questionnaires de citer tel ou tel vin de tel style, région, etc… et je me souvenais plus de rien!
Et donc mes petits amis, me voilà donc atterrir dans un resto japonais sur la 103ème Upper West Side, envoyée par le resto français d’en face, et là bingo, on me propose un job de serveuse les mardis et vendredis de 16h à minuit, pour une demi-station (4 tables), payée aux tips. J’étais super contente et globalement ravie car tous les restos que j’ai fait m’ont bien accueilli, c’est vraiment l’opposé de la France, on te laisse ta chance ici, diplôme et expérience ou pas ; ne dit-on pas que c’est le pays du « self-made-man ». Donc voilà, je me donne jusqu’à lundi-mardi pour réfléchir mais ce job sera sûrement mieux payé, plus sympa (le feeling est bien passé) et à 20 min max de la maison.
+ en bonus, j’ai trouvé 2 étudiants pour mes cours. Donc oui, la fille a rappelé et accepte mon prix, elle c’est 20$/h, son premier cours était ce soir ; elle est sympa, je me suis pas trop mal débrouillée, aussi grâce aux livres prêtés par mon ange-gardien, Marianne.
+ 2 plans pour du baby-sitting provisoire de chérubins français la première quinzaine d’avril.

Donc tout va bien mieux, avec mon coloc ça se passe pour l’instant très bien et j’ai retrouvé ma santé sportive avec mes footings à Central Park.

Au niveau sorties, c’est pas mal non plus : Mercredi soir, c’était donc ma soirée resto italien avec Kal, ça s’est très bien passé, voyez-vous chère mère, j’apprends maintenant les bonnes manières de la haute société avec ce vrai gentleman. Vendredi soir j’avais un apéro dans le lower east side avec voila new york, le site francophile de NYC ; l’organisatrice était ravie de me voir après avoir pris contact par France Inter, c’était sympa.

Ensuite j’avais ma soirée organisée par le groupe d’intérêt « meet-up-new-in-town » où je devais me rendre avec une fille que j’ai recontré par cet intermédiaire sur le net. Du coup on ne s’est retrouvée que tard, ce qui m’a fait faire connaissance avec un indien, Cid, un afro-américain, Sean, et une russo-américaine, Irina. Elissa, que j’ai finalement retrouvée, est très sympa et brillante, on va se revoir. J’ai passé une super soirée, première en boîte, l’ambiance était plutôt dépaysante (je vous raconterai quand j’aurai vérifié ces caractéristiques à d’autres soirées) et pas cher vu que privée ; c’est vraiment pas évident de se lancer, je suis pas vraiment sociable comme vous le savez, mais en fin de compte j’ai rencontré des gens biens, anglophones et hispanophones, ce qui est très bien pour moi pour pratiquer.

Hier, après un footing sous un soleil espéré depuis longtemps, je suis allée au Metropolitan Museum où j’ai fait les galeries grecque, greco-romaine, egyptienne, d’Afrique, des Amériques, et l’exposition temporaire Barcelona and Modernity : Gaudi and Dali. J’ai vraiment bien aimé les galeries car j’aime bien les collections antiques, même si la collection egyptienne est moins intéressante que celle du Louvre (normal, les amércains n’ont pas pillé l’Egypte au point des Français!) ; et ça m’a fait plaisir de voir l’expo temporaire, car, comme certains savent, j’adore Salvador Dali et Joan Miro (désolée, pas le droit de prendre des photos!).
                             
Après je suis allée à la Saint-Patrick’s cathedral qui se trouve Midtown, sur la 5th Avenue. Voici aussi quelques photos.
               
Ensuite j’avais rendez-vous avec Marianne et Seb a Hoboken (Est de Manhattan), on s’est retrouvés pour un vernissage de galerie d’art et après on est allés manger dans un MEGA SUPER TOP resto indien, j’ai adoré (le resto, et surtout de les voir). Ils sont vraiment adorables, et Seb m’a même offert le cadre qu’il avait gagné à la galerie.

Analyse de la journée : le temps : ici, ça change du tout au tout ; la semaine dernière, on est passé en 2 jours de 12°C/soleil à 15 cm de neige et -5°C ; et hier, dans la même journée c’était le printemps et l’hiver. Donc ici, il faut avoir dans son sac : bonnet/gants, parapluie, lunettes de soleil/maillot de bain!
+ la gentillesse des gens : je rencontre dans les restos que j’ai fait, dans les bus, les métros, la rue, les soirées, des gens fort sympathiques et plus accueillants que les parisiens, c’est vraiment bien et ça aide beaucoup à s’intégrer.

Mots de la fin de semaine : off book = moyen très élégant de dire qu’on cherche un boulot au black parce qu’on a pas de papiers ; greedy/stingy = avide, radin (sur les conseils d’amis, il ne faut pas donner le prix « recommandé » dans les musées, mais moins) ; to be thirsty = avoir soif (et oui je ne savais pas!)

Dédicaces : à Pauline dont c’était l’anniversaire vendredi. A Aline à qui j’ai beaucoup pensé dans mes visites de collections antiques et d’Afrique. A mon Antoine qui, je sais, aurait aimé faire la collection egyptienne avec moi.

Mercredi 21/03/07 : décidément, les débuts de semaine sont difficiles !

Jeudi 22 mars 2007

Je sais, vous n’avez pas de nouvelles depuis samedi. Mais je n’ai pas encore Internet car mon coloc a oublié le password du wireless ! Que je vous rassure, je ne suis pas morte, j’ai juste déménagé !

Alors, dimanche, j’ai essayé de travailler sur mon mémoire et j’ai attendu patiemment 16h (mon futur coloc travaillait) avant de passer une heure et demi au téléphone avec 7 compagnies différentes pour trouver enfin un taxi qui passait dans mon quartier, comme quoi c’était vraiment le désert ! Oh la crise de nerfs, je vous raconte pas…
Mais le chauffeur, très très sympa, m’a tout fait oublié et Morris (et oui, je m’étais trompée d’orthographe, c’est mieux comme ça non ?) m’attendait gentiment.
Ma chambre était prête, le reste était dans un  désordre et une saleté plutot pas mal, mais bon, no souci, j’étais tellement contente de partir de mon trou et d’avoir une chambre digne de ce nom ! Je crois que mes vibrations positives se vérifient, Morris est vraiment quelqu’un de bien, et maintenant tout est propre et rangé, parfait quoi. Voici de nouvelles photos.

 Ma chambre        Ma chambre-sofa         Notre salle de bain

Sinon stage de lundi à jeudi cette semaine mais ca va je fais de nouvelles choses. Il y avait entres autres la réunion produits de l’automne 2007, c’était vraiment très intéressant pour moi au niveau marketing mais aussi au niveau culture d’entreprise ou culture tout court : ici, c’est très informel, vraiment, et tout le monde prend la parole, c’est quelque chose de tres valorisé ; l’attitude d’observation avant de dire la phrase dont on est sûre que ce n’est pas une bourde n’est pas celle à l’œuvre ici, et comme on le disait avec Claire, c’est plutôt une bonne chose.

Voilà, j’aurai plein de choses à vous raconter, mais j’essaie de faire court pour ne pas être ennuyeuse…

Le ++++++++ de la journée : footing d’une heure à Central Park ce soir, rahhh ! Yiha ! Waou ! Quel bonheur de se dérouiller et de découvrir ce park à la tombée de la nuit. Un vrai moment de bonheur…

 L’analyse de la journée : eh vous croyez quand même pas que je vais en faire deux pour le prix d’une ! Voir plus haut dans le chapitre stage, je développerai plus tard.

Le truc énervant de ce début de semaine : mon portable qui ne passe pas à la maison : j’avais juste acheté la carte SIM et l’avais mise dans mon portable français vieux comme Hérode, j’avais ensuite dû acheter un chargeur de voyage hors de prix, bref je me suis faite avoir.
Aujourd’hui ça m’a vraiment monté au cerveau, j’ai pris toute ma colère (c’est-à-dire que je ferai peur un peu près à personne !) et je leur ai dit : « ca suffit vous me remboursez tout et vous me faites un prix sur un portable (que je ne pourrai en plus pas réutiliser en France !)
Coût de l’opération : 40$ et la tentative d’être plus rude. Ici, il faut l’être, c’est pire qu’à paris, on t’écrase sinon.

A venir : super resto italien demain soir avec Kal (le syrien), peut-etre show sur Broadway jeudi aussi avec lui (tout est gratuit je vous rassure, j’ai pas pu gagner au loto les petits amis !), début de soirée francophile vendredi, fin de soirée en boîte avec une « future » copine.

Pour le travail, journée d’essai vendredi,  des pistes de tutorat (pas de réponse depuis que j’ai un peu poussé le bouchon sur les prix…hi, hi ! On va arranger cela), et rendez-vous prévu dans un grand resto français pour un poste d’hôtesse. Tu vois papa que « je n’ai pas les pieds dans le même sabot » (citation purement rurale utilisée volontairement pour rappeler le côté « terroir » du rat des champs que je suis…ouf, ça va mieux, j’ai renoué avec mes racines !)

Insolite : bon, pas tant que ça, c’est juste que ça y est, bientôt trois semaines que je suis là, et je commence à penser en anglais, je suis sur la bonne voie ! En plus, avec mon spécialiste en linguistique Morris, j’ai le droit à des corrections de mon accent et à de l’apprentissage de vocabulaire (boiled egg = œuf dur par exemple…si si ça peut toujours servir !)

Le mot de la journée : Try it on = se moquer dans le sens tromper quelqu’un (je leur ai dit aux vendeurs de Cingular =  « Stop now to try it on me because I am French, now give me the phone » eh, je pourrai presque faire une réplique de film avec ça)

Dédicace de la journée : à mon papa d’amour à qui j’ai pensé très fort quand j’ai entendu notre rock préféré joué par un musicien dans des casseroles en cuivre (ça pourrait aller dans la catégorie insolite ça)

Article a venir…

Mercredi 21 mars 2007

je suis desolee de ne pas avoir ecrit depuis samedi.

je n’ai pour l’instant pas Internet a la maison, et j’avais prepare mon texte et quelques photos que j’avais mis sur ma cle pour poster du bureau mon article, impossible d’activer ma cle!

Bref, je vous ecris au mieux ce soir, au pire demain matin.

Je vous aime quand meme! 

Samedi 17/03/07 : La vie en…vert

Dimanche 18 mars 2007

Certains attendront de moi que je leur raconte mon emménagement, vous serez déçu pour se soir, car il ne s’est rien passé! la tempête a été importante hier, et s’est prolongée cette nuit.
Résultat, la colocataire marocaine de Maurice n’as pas pu partir cause vol annulé et aéroports fermés, et moi de toute façon, vu la neige qu’il est tombé à Brooklyn, le taxi ne serait pas venu jusqu’à moi.

Après un moment de déception, je me suis dit « autant mettre à profit cette journée de mauvais temps pour avancer sur mon mémoire, en lisant un livre ». Chose que j’ai faite avant de rejoindre Nass et Claire à Union Square pour découvrir un des meilleurs diners de la ville : j’ai mangé le premier hamburger/frites de mon séjour, c’était vraiment très bien pour mon premier resto ici. Nous nous sommes ensuite promenées sur Broadway, à la recherche de bottes en caoutchouc (maman je t’ai écouté, j’ai acheté mes bottes) pour affronter la neige et autres flaques fondues, puis sommes remontées à Union Square pour faire le marché (j’ai enfin trouver quelque chose qui ressemble à du pain). Il y a autour un compteur actif montrant le montant de la dette publique américaine.

Comme Brooklyn enneigé, je vous l’ai pris en photo mais je ne sais pas quel problème j’ai depui 2/3 jours, je ne peux plus télécharger mes photos. J’ai changé récemment une option sur mon appareil, j’espère que cela vient de ce changement, j’essaierai à nouveau demain. Je vous prie en attendant de m’excuser pour ces posts ennuyeux…

la ville était de vert vêtue, en ce jour de St Patrick (fête irlandaise), la communauté irlandaise étant ici importante ; il y avait une parade sur la 5ème Avenue, et dans les stations de métro, c’était assez sympa.

Voilà mes valises sont prêtes, j’attends avec impatience demain.

Analyse de la journée : les new-yorkais et la musique : mon analyse est basée sur mon ressentiment personnel, et je ne voudrais pas que vous la preniez comme vérité, mais il me semble qu’ici, les gens accordent beaucoup d’importance à la musique. Dans le métro, tout le monde a son Ipod sur ses oreilles, et la rame le matin ressemble à un mix de hip-hop, rock, pop. Je vois aussi souvent des personnes chanter et/ou bouger sur ce qu’ils écoutent. Les gens qui jouent de la musique dans les stations sont très appréciés et souvent suivis. Enfin, et là je parle surtout de Brooklyn, je croise souvent des voitures dont la fenêtre est ouverte (genre « j’ai chaud » alors qu’il fait -10°C!) et d’où sort de la musique à fond. Je trouve cela plutôt agréable et motivant quand tu vas le matin au travail.

Mot de la journée : cab = taxi ici ; ils peuvent être jaunes (à Manhattan) ou noirs (à Brooklyn par exemple)
diner = petit restaurant

Je crois savoir que vous allez avoir une vague de neige, notamment du côté de la Bourgogne, je vous souhaite donc à tous bon courage…et attention aux flaques! (tout à l’heure, je me suis retrouvée avec de l’eau jusqu’aux genoux!)

Vendredi 16/03/07 : Voyage en Arctique

Vendredi 16 mars 2007

Ah la la vous n’allez pas me croire, moi-même je n’y crois pas : c’était la cata sur Manhattan aujourd’hui.
Je vous dresse le tableau : il « pleuvait de la neige », un vent froid vous brulait la peau, et bien sûr les routes n’étaient pas du tout dégagées ; je voulais vous joindre une photo mais ça ne veut plus marcher depuis 2 jours…elle pouvait attester des 12 cm de neige acquis en une journée (j’ai sorti ma règle devant la maison). Et alors imaginez la mignonette que je suis en bas et mocassins ouverts, parapluie, plan, annonces, scotch, sac, gants, à patauger dans la neige à Manhattan ; en fait, il n’y avait personne dans la rue, à part les coursiers et…moi! 

Mais je n’ai pas voulu céder à la tentation de rester au chaud, le travail ça ne tombe pas du ciel, tout comme l’argent (dixit un certain papou) alors me voici partie avec tout mon courage et ma volonté réunis. J’ai essayé d’user de mes charmes pour rentrer dans des universités bien plus contrôlées qu’en France (contrôle d’identité, détecteur de métaux)…Ca n’a pas marché ; dehors, je ne sais pas si mes annonces vont tenir longtemps. Le seul endroit où elles vont être bien en vue est le lycée français, je suis satisfaite. J’ai ensuite appelé un bar français/belge, il me rappelle pour un entretien ce week-end. Je suis aussi allée me présenter dans le magasin de vêtements de Upper East Side, après un entretien, la femme m’a donné la journée de vendredi prochain pour lui montrer que je suis une vendeuse hors-pair! Je suis super contente, je vais maintenant réviser toutes les traductions de tout ce qu’on peut mettre sur son dos (chemisette, cardigan, sacounet) et formules de politesse, attention c’est très chic. Et c’est ici que j’ai eu le retour que j’attendais pour me convaincre que j’avais bien fait de mettre mes petites chaussures : « Oh, mais vous devez avoir froid, ah ces françaises, quelle classe, toujours à la pointe de la mode! »
Je n’ai pas eu le temps de faire les restaurants, je vais voir ce que le café et le prince syrien donnent ce week-end, et retournerai éventuellement mardi prochain.

Voilà, il ne me reste plus qu’à (re)faire mes valises, et me préparer à quitter ce lieu pour mon petit ryad!
Analyse de la journée : La politesse et la courtoisie à New-York : ainsi que nous l’avons abordé avec une Française les gens ici sont très polis ; je vois souvent des hommes laisser leur place assise à une femme, même jeune, les gens te poussent très fort certes, mais s’en excusent toujours. Et le plus surprenant, c’est que cette attitude respectueuse ne concerne pas que les strates élevées de la société ; les « bad boys » comme on les appellerait sont tout autant courtois dans la majorité des cas. Cela me change beaucoup de l’agressivité et du non-respect ambiants à Paris, où je me fais insulter ou manquer de respect très souvent dans la rue ou le métro.
Exemple à suivre…

Mot de la journée : snow storm = tempête de neige

+ de la journée : le thé vert à la menthe « qui réchauffe » au Starbucks

Dédicace de la journée : à Swan et Aurore, qui sont les plus intelligentes de la terre de n’arriver que mi-avril!

Je vous abandonne et vous souhaite à tous un bon week-end printanier (bande de veinards!)

Jeudi 15/03/07 : First application…

Vendredi 16 mars 2007

Hello todos,

Tout d’abord je tiens à remercier ceux (en fait on peut les compter sur les doigts d’une seule main!) qui ont tenté de m’aider, et parmi eux Maud ; c’est elle qui m’a fait découvrir le Tour, c’est elle qui m’aide à voter en connaissance de cause (passé bégayant de notre ami Bayrou la frite), c’est elle qui me propose des CDs de musique française, bref elle me sauve toujours la mise!

Pour la journée, je suis (enfin) rentrée dans le vif du sujet en ce qui concerne mon stage, surtout en ce qui concerne le marketing, ce qui me fait du bien. A midi, mon boss nous offrait, à tous les employés, à manger : j’étais quasiment la seule à avoir de la salade, et c’était vraiment une ambiance différente des repas de bureau à la française, assez dépaysant en fait ; en France, on parle boulot, ce chef qui nous gonfle, les enfants qui nous soulent, bref on ressasse et on râle! Ici on parle peu, où on essaie de sortir fièrement la meilleure histoire sur notre vie quotidienne, alors qu’on en a pas vu que les gens vivent pour leur job et travaillent pour vivre. Mais ne tirons pas de conclusions hâtives, je rectifierai en fonction de mes prochaines expériences.
J’ai aussi refait tous mes CV de vente et de baby-sitting en anglais, ce soir j’avais ma première entrevue (application = candidature) dans un magasin turque de vêtements pour femmes ; j’ai un rdv téléphonique pour un autre magasin demain.

Je compte toujours les jours avant d’emménager dans mon « ryad », bon j’en rajoute mais vous me connaissez!

Je vous fais aussi partager mon délire égocentrique dans le métro tout à l’heure, à force d’y passer du temps, on commence à s’y plaire. Donc pour une fois que j’étais toute seule, j’ai pu sortir mon appareil sans peur pour vous le prendre en photo, bon le 6 est bien mieux que le A qui va à Brooklyn mais ça donne une idée. Et pour insister et vous dire que vraiment, IL N’Y A RIEN A VOIR avec le métro à paris (oui…là aussi j’en rajoute), petit portrait sur fond de New York subway map. Bon d’accord, c’est pas vraiment intéressant, disons que c’est pour ceux qui ont une mémoire visuelle!

Métro 6 vide                   Cha dans le métro new-yorkais

Demain, grand programme : alors qu’une tempête de neige m’a été annoncé par mon « Autorité Météo Personnelle »= Nass, je garde le cap et ne me résigne pas, je ferai bien ma journée trecking spécial emploi. Au programme : dépôt et collage sur les poteaux et les panneaux d’affichage des universités new yorkaises et du lycée français de mon offre de tutorat ; peut-être rendez-vous dans l’autre magasin de vêtements dans l’Upper East Side ; dépôt de CV dans les restaurants (français…ou non?) de Lower East Side et West Village. On finira évidemment par une course d’orientation…dans ma chambre pour regrouper mes affaires et faire mes valises.

Analyse de la journée : la société de consommation : je n’ai jamais vu ça, ici les gens, pauvres ou riches, ont toujours des sacs dans la main, et tous les jours de la semaine ; on va « shopper » après le travail, le week-end (même le dimanche), c’est vraiment très étonnant. J’ai lu dans mon guide qu’ils ont l’air de « s’habiller n’importe comment » pour nous, beaux et élégants Français que nous sommes, mais en fait il y un a un dress code très suivi et la mode, plus sportswear et casual qu’ici, est très suivie. L’apparence, toujours l’apparence…
Cela m’amène quand même à y trouver un avantage : bonne croissance pour un pays développé, car cette folie consumériste amène de l’emploi (chômage bien plus bas qu’ici) et augmente le PIB. Ah, un peu d’économie ne nous fait de mal, n’est-ce pas Reno?

Mot de la journée : catering industry = l’hôtellerie-restauration

Dédicace de la journée : à mes petits chéris de St-Phi, Juju et Antoine à qui je pense chaque jour…

N.B : dans ma future chambre, grand lit (2 places) et sofa (clic-clac?)…no comment

Mercredi 14/03/07 : Museum of Jewish Heritage

Jeudi 15 mars 2007

J’espère que vous allez tous bien.
Merci pour vos mails qui me font me rendre compte que je ne suis pas toujours très claire : alors, le « prince syrien » était un avant-goût (dans le cas où il y aurait un repas), rien à voir avec mon futur colocataire, qui est lui marocain. C’est une autre personne que j’ai rencontré en deuxième visite lundi soir et qui a l’air d’être quelqu’un de TRES influent, et qui se propose de m’aider dans ma recherche de job puisqu’il bosse pour la company de Donald Trump et qu’il connaît donc le milieu de l’hôtellerie-restauration new-yorkais. Alors, je me méfie, comme toujours, surtout depuis mes récentes aventures, mais affaire à suivre…

Aujourd’hui stage (no comment) et en sortant je suis allée à Lower Manhattan où se trouve le Museum of Jewish Heritage. Au passage, me trouvant sur New York Harbor (baie de New York), j’ai savouré le moment où j’ai aperçu Ellis et Liberty Islands, je vous le fais partager.

Ellis Island et Liberty Island 

Mais revenons-en au musée : comme vous le savez, je suis intéressée par ce domaine, et le mercredi l’entrée est gratuite de 16h à 20h. Le musée est en forme octogonale pour faire allusion à l’étoile de David (voir photo…qui ne montre pas du tout cette structure octogonale d’ailleurs…arrh, moi et les photos!) Le contenu est vraiment très intéressant, car au-delà de l’Holocauste, l’on apprend aussi l’histoire de cette religion et du peuple juif, la culture juive…J’ai passé un moment enrichissant, et toujours aussi émouvant quand on voit l’inhumanité de la WWII.

Malheureusement je m’arrête là pour ce soir, il est très tard. Je finis par un appel à l’aide pour deux choses :

- je ne suis PAS DU TOUT l’actualité française, et donc j’ai aussi aucune nouvelle de la tournure que prend la campagne présidentielle : si quelqu’un parmi vous aurait l’amabilité de ma faire un résumé SVP objectif de ce qui se passe, car sur Internet je n’ai que les nouvelles du jour! Merci mille fois par avance.

- Ma tutrice de stage aimerait que je lui grave des CDs de musique française, mais je n’en écoute pas vraiment! Bref, si vous avez des idées de chanteurs « dans le vent », faites les chauvins, n’hésitez pas, et aidez-moi!

Mot de la journée : deception = tromperie, et non déception (=disappointment). Le musée parle de tromperie au sujet du camp de concentration factice créé pour les visites de la Croix Rouge, et pour la réalisation de films de propagande, afin de tromper le monde et ceux qui se doutaient qu’un génocide était en train de se passer.

Dédicace de la journée : à Cam qui avait aussi aimé ce musée, et Clara à qui j’ai bien pensé car elle réalise son mémoire sur le thème de l’Holocauste à travers le musée dédié à Paris.

Mardi 13/03/07 : Mission accomplie par l’agent 00CHA

Mercredi 14 mars 2007

Bonsoir à tous,

Ce soir on sort le champagne! Je sais vous allez dire que je ne le mérite pas vu mon silence mais vous l’aurez compris, le dimanche c’est un peu la journée charnière, et surtout j’ai quelque chose à fêter : j’ai trouvé mon appartement!

Alors que je vous raconte : les deux visites de dimanche étaient pas mal, mais encore en dehors de Manhattan (East Williamsburg et Astoria) et LOIN du métro (même si le voisinnage est meilleur, quoique, c’est quand même pas l’idéal) ; le courant est bien passé avec le deuxième garçon, c’est un danseur et il est très cool, mais pour les deux je ne restais pas assez longtemps. Bref, lundi après-midi Natasha, la jamaïcaine qui habite à Astoria avec son copain (visite de samedi), me renvoie un mail en me disant que c’est ok. J’avais deux visites de prévu le soir, je ne voulais même plus y aller, car certes la chambre à Astoria était pas top, mais j’en avais marre de perdre 5h à chaque fois que je visite (pour ceux qui suivent, cette fois-ci c’est le 4 qui faisait un détour pour reprendre la ligne du A!), et les localisations des deux appartements, bien qu’à Manhattan, ne m’inspiraient pas.

Je me force donc à aller à celui qui est situé sur la 111st Street (Uptown), au milieu de Manhattan en horizontal, en croyant que c’est Harlem et que donc le quartier va être craignos. Que neni, je découvre la perle d’appartement! Je vous joins des photos, pas très belles, j’en reprendrai de nouvelles, et vous invite à cliquer sur le lien d’une carte Google ci-dessous. L’appartement est au rez-de-chaussée d’un immeuble propre, à 50m de Central Park (la 110th St étant la frontière du Park), le mobilier et la décoration sont d’inspiration marocaine, salon, cuisine, salle de bain, et chambre. Je vivrai dans la chambre, le colocataire dans le living-room que je peux utiliser la journée pour travailler (les deux fenêtres de ma chambre donnent sur une cour intérieure). Ma chambre est entièrement meublée, fonctionnelle, téléphone, Internet sans fil, bien décorée. Je remplace en fait une marocaine qui change subitement d’université. Le colocataire s’appelle Maurice (pas de moqueries SVP), il est marocain, a vécu au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Suède, en Angleterre…parle anglais, français, espagnol …et arabe je suppose, il travaille dans un hôtel, est photographe, suit des cours d’orthophoniste le week-end, grand sportif (on va parler vélo), a une petite copine (ouf!), me paraît sérieux (j’ai vérifié en privé avec la colocataire actuelle, et il a toujours vécu en colocation avec des filles, sans problème), tranquille, posé, et conciliant. On a parlé anglais, c’est bien car je ne veux pas parler français, et il m’a proposé des soirées espagnoles, ce qui me conviendrait parfaitement pour améliorer celui-ci!

Bref, après une heure passée là-bas, je me suis dit « quelle bêtise j’aurais fait de ne pas venir ici! » J’avais oublié, c’est juste à côté d’une ligne qui va downtown, mais aussi à l’Ouest il y a aussi A/C, et à l’Est la 6, bref toutes les lignes à portée de main ; un super supermarché est à côté (moins cher que Whole Foods), une salle de sport aussi, et pas besoin d’aller au laundrymat, il y a une lavante-séchante depuis peu. Bon là, vous me direz, c’est trop parfait ; le seul hic, c’est le manque de luminosité dans la chambre mais c’est rien comparé à là où j’aurais pu me retrouver! Et là, je vais terminer de vous épater : le loyer est à 1000$, le prix à mettre pour vivre là ; moi je ne voulais pas mettre plus de 800, et avais indiqué 900 sur mon annonce, au cas-où ; je lui ai dis 750$, je l’ai fait baissé deux fois de suite pour arriver à 800/mois. Parfait, je vous dis! En fait, il avait plein de personnes intéressées, mais lui reçoit de la famille en juillet, donc pour une fois, mon planning convenait!

Je lui ai dit oui aujourd’hui, j’emménage samedi 17, je suis ravie. Et je crois que je vais vous surprendre, je vais  faire ma prétentieuse (certains me diront « enfin! ») : je suis fière de moi, oui. Parce qu’à ma connaissance, je suis la seule à avoir trouvé mon stage toute seule, en répondant à des annonces. Pour l’appartement, j’ai passé des heures sur craigslist à poster des annonces et à regarder les offres, et dans les métros pour visiter, personne ne m’a aidé (je ne voulais pas payer les honoraires d’une agence), et maintenant j’ai trouvé quelque chose, et je crois vraiment que quelqu’un là-haut m’aide maintenant, après m’en avoir fait voir de toutes les couleurs depuis l’automne. Alors, je vais bien là, ma vie va se mettre en place, j’ai rencontré un « prince de Syrie » hier, et il m’a trouvé 10000 jobs dans le quartier, je vais me méfier, mais vous voyez les choses s’arrangent!                                      

http://maps.google.com/maps?f=q&hl=fr&q=1829,+111th+street+and+7th+avenue,+New+York,+NY&layer=&sll=40.800361,-73.95494&sspn=0.007813,0.021501&ie=UTF8&z=13&ll=40.804324,-73.954983&spn=0.0625,0.172005&om=1&iwloc=cent

(pour les novices : vous pouvez jouer avec l’échelle à gauche pour zoomer ou dézoomer)

Dans mes péripéties de métro dimanche, je suis passée vers ce qu’il reste du World Trade Center, j’étais très émue, moi qui ai connu les Twin Towers, ça fait vraiment quelque chose, et de se dire que beaucoup de monde est mort là, et on ne sait pas encore combien encore (affections respiratoires chez toutes les personnes qui étaient sur place) ; du coup, ma photo est de travers!

World Trade Center Path Station

Après ce long mail qui vous ennuira sûrement, disons que c’est pour rassurer mes parents, je vous abandonne car ma colocataire ex-yougoslave, Iva, m’a concocté un jus fait-maison à base d’amandes, de cannelle, de sucre de cactus, de myrtilles et de cacao…hum…

Mot de la journée : Roommate = roommie (informel) = colocataire (j’avais oublié ce mot si important dans ma vie quotidienne) ; track = ligne de métro (avec mes péripéties…) ; cop = police pour les New-Yorkais. Trois pour le prix d’un, pour rattraper mon silence!

N.B 1 : après la lecture de certains mails : CEI = Communication des Entreprises et des Institutions, c’est mon option au Celsa!

N.B 2 : certains ont émit de regrets de voir certaines photos effacées, je ne vois comment faire autrement, j’ai voulu suivre les conseils de création de mon père bloggeur spirituel, RENO! Sorry!

Samedi 10/03/07 : Un doux parfum de CEI…

Dimanche 11 mars 2007

Première information, pratique : je suis dans le regret de vous annoncer que j’ai effacé les photos de mes premiers articles, afin de pouvoir vous mettre les suivantes ; en effet, je suis limitée dans le stockage des photos. J’espère donc que vous les avez toutes vues à temps, si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à m’en demander.

Il faisait moins froid aujourd’hui, ce qui est très appréciable.

J’ai visité deux appartements ce matin, pas de vice caché cette fois-ci. Le premier était au Nord-Est de Central Park, Upper East Side, dans le quartier hispanique ; l’appartement était de type rail-road, c’est-à-dire que chaque pièce donne sur l’autre, mais ça va car j’aurais la dernière pièce ; Il est petit, ma chambre aussi, mais il y a tout ce dont j’ai besoin : un lit pour dormir, et un bureau pour travailler (en bas, au-dessous du lit) ; il est propre, les peintures récentes, mais le quartier ne m’a semblé si sûr que ça, et la colocataire vénézuélienne parle difficilement anglais. Le deuxième est à Astoria, à l’est de Manhattan ; la colocataire, jamaïcaine, vit avec son copain qui devrait partir, elle cherchera alors encore une autre fille ; l’appartement est plus grand, propre, ma chambre n’a qu’un lit mais elle est bien, le quartier paraît vraiment calme, et on est à deux pas du métro. Je suis désolée pour cette description ennuyeuse mais avais oublié mon appareil.J’en visite encore deux demain après-midi, on croise les doigts…

Cet après-midi, j’ai vu Claire et Nassima (étudiante à l’université à New York), nous nous sommes promenées dans Soho, puis sommes allées boire un verre dans un diner très sympa, où j’ai fait la découverte de la journée : les ginger candies (bonbons au gingembre) ; ça y est j’ai trouvé un palliatif au cran de chocolat noir qui me manque tant, d’ailleurs j’en déguste un en vous écrivant…hum!

C’est enrichissant de voir quelqu’un qui est là depuis plus longtemps, et qui connaît bien la ville, car elle nous fait part des rues sympas, des endroits insolites, des bar et restaurants à faire…

Insolite : les mouettes sur le toit du Déli & Grocery à ma station de métro, et le black-out dans le métro en plein service!

Enervant : 4 heures pour 2 visites…….dont 3H30 dans le métro ; il y a vraiment des problèmes sur ma ligne, et cela change tout le temps : le week-end, le A express ne roule pas, le C local non plus, donc il faut prendre le A local, parfois le F qui reviendra sur la ligne du A, ou le E qui reviendra sur la ligne du A…ça y est vous êtes déjà perdus, alors je vous laisse imaginer pour moi!

Analyse de la journée : les magasins de vitamines : grands comme des supermarchés, proposant une quantité et une variété énorme de potions magiques, on les trouve à tous les coins de rue. Le paradoxe des Américains, c’est qu’il peuvent manger très mal, et préfère compenser le manque d’alimentation saine par des vitamines de synthèse…

Le mot de la journée : Jaywalker = piéton qui traverse n’importe où, qui ne respecte pas les règles de circulation (Maman, ça y est tu as mon surnom!)

12